Ma liste de souhaits pour le mois de la sensibilisation à la maladie coeliaque

Je travaille sur ce projet depuis des mois. Bien avant que le soleil ne commence à nous réchauffer, je pensais déjà à un moyen d’aider ma communauté. Puis, mai est arrivé… Ce mois me fait penser aux beaux jours à venir, à l’anniversaire d’une amie adorée, à celui de ma maman... Mais c’est aussi le mois de la sensibilisation à la maladie coeliaque. C’est dire comme quoi cette période est d’une grande importance dans ma vie.

Chaque année, la fondation québécoise de la maladie coeliaque fait un travail admirable pour ce mois spécial. Dans un courriel reçu, on nous rappelait l’importance de parler de notre maladie, de la démystifier auprès de notre entourage. 

Je ferai aujourd'hui, ma liste de souhaits pour ce mois de la sensibilisation à la maladie coeliaque.

  1. Briser l’isolement. Encore aujourd’hui nombre de personnes atteintes de maladies induites par le gluten restent à la maison, par peur de sortir et d’être malades. J’ai fait partie de ces personnes. Pendant longtemps, et encore un peu aujourd’hui, un stress demeure. Dans les moments plus anxiogènes de ma vie je vais privilégier me faire à manger que de courir un risque en allant au restaurant. L’isolement, c’est aussi manger dans un coin au travail. Ne pas avoir envie d’expliquer en quoi et pourquoi le contenu de notre boîte à lunch n’est pas comme les autres. L’isolement, c’est avoir peur de voyager alors qu’on rêverait de parcourir le monde. L’isolement c’est encore bien des choses qui peuvent constituer le quotidien d’une personne coeliaque. Dans mon monde idéal, ces stress seraient abolis!

  2. Stopper les fausses croyances. J’en parle souvent, mais les diètes (régimes « santé » sans gluten) sont très à la mode et avec eux nombre de fausses croyances. Évidemment elles ne sont pas seules responsables des mythes entourant le gluten. En en parlant (en brisant l’isolement, tiens cela rejoint mon premier point!) et en expliquant les enjeux reliés à la maladie coeliaque, on fera un jour taire, je l’espère, ces croyances bien ancrées.

  3. Un plus grand accès à des lieux sécuritaires où manger. J’ai un énorme respect (et amour) pour les restaurateurs et artisans offrant des produits sans gluten. Chaque jour ils facilitent notre vie, ils nous aident à manger ce que l’on aime. Ils se sont lancés pour plusieurs dans un projet complexe, car non, offrir des plats sans gluten et sans risque de contamination ce n’est pas des plus simples. Je dis merci à ces gens. Mon souhait; que plus d’entrepreneurs-artisans prennent ce virage.
  4. Voir fleurir notre communauté Art de Vivre sans gluten. Il s’agit d’un souhait tout simple, mais voir grandir et s’épanouir notre belle communauté me rendrait vraiment heureuse. Plus nous sommes et plus les projets les plus fous peuvent se réaliser…tous sans gluten, évidemment! ;)

que souhaitez-vous pour aider à la sensibilisation à la maladie coeliaque