Une diete sans gluten, est-ce dommageable?

Vous le savez, je souffre de la maladie cœliaque. Jeune vingtaine, j’ai passé une prise de sang suite à mon rendez-vous annuel chez mon médecin. Elle m’a rappelée rapidement. Le ton de sa voix était grave. Elle voulait me voir rapidement. Quelques jours plus tard, je me présente à son bureau. Assise devant elle, je la vois qui me scrute de la tête aux pieds. « Ça va bien Catherine? me dit-elle. Tu manges bien, hen?! » J’avoue avoir été surprise par cette entrée. Je lui réponds que oui, je mange bien mes légumes verts, tel que recommandé pour contrôler mes basses réserves de fer. À l’époque, je mangeais énormément de viande rouge, je lui lance toute fière (chose qui ne serait plus le cas aujourd’hui puisque j’essaie d’éviter d’en manger le plus possible pour des raisons éthiques), bref je crois bien m’alimenter. Elle me regarde dans les yeux et me dit qu’alors, nous avons un problème. « Ton poids semble correct, par contre lorsque je regarde ton bilan sanguin c’est désastreux. Catherine, tu as des résultats qu’une personne anorexique ayant besoin d’être hospitalisée aurait. » Je ne vois plus clair. Je ne comprends rien. Elle me dit qu’elle a confiance en ce que je lui dis, mais il va falloir investiguer. Elle m’envoie d’urgence voir un gastroentérologue. Je ne me rappelle plus exactement combien de temps cela prit, mais j’ai eu un rendez-vous rapidement. Le gastro en m’écoutant et en lisant mon dossier médical a tout de suite pensé à la maladie coeliaque. Depuis des années, je vivais tous les jours avec maux de ventre, nausées et inflammation. Le truc, c’est que je croyais que j’étais normale. On fait toujours des blagues lorsqu’on mange trop : « Ah! Je vais déboutonner mon pantalon! » Eh bien moi, c’était chaque jour à la fin de la journée. Je commençais le matin avec un ventre plat comme un petit enfant et je finissais avec le ventre d’une femme enceinte, et j’exagère à peine.

Tout cela pour dire que j’ai passé les tests. J’ai bu le pico-salax les heures avant mon examen… je dirais que c’était le pire. La colonoscopie et la gastroscopie se sont bien déroulées. C’est vraiment d’ingérer le liquide infect qui a été la pire partie. Et quelques semaines plus tard… l’appel. On avait les résultats de la biopsie. J’avais effectivement la maladie cœliaque. On approchait Noël, je pleurais déjà à l’idée de manger sans gluten. Qu’est-ce que le gluten ? me suis-je dit à l’époque.

Quelques jours après, ce fut au tour du rendez-vous avec la nutritionniste de l’hôpital. Mauvais moment à passer pour moi s’il en fut un. Sa liste interminable de trucs que je ne pourrais plus manger m’a littéralement donné le tournis. Tout comme la pesée.

J’ai pris du poids, rapidement…

Alors je vous dirai ceci : manger sans gluten n’est pas toujours un choix. Pour certains c’est une obligation. Oubliez les diètes sans gluten pour perdre du poids. Cela reste un régime. Manger sans gluten plus souvent, même lorsque vous n’avez pas d’allergie, je vous dis oui, bonne idée! Varier votre menu : bravo! Vous comprenez? Il ne s’agit pas de mettre simplement un aliment au banc des accusés. Pour moi le gluten est dommageable. Peut-être pour vous aussi. Mais plusieurs autres aliments sont encore plus nocifs et tout le monde les consomme comme si de rien était.  Mangez des fruits, des légumes, différentes sources de fibres, protéines. Je suis loin d’être une nutritionniste, mais j’ai lu, écouté et me suis informée sur le sujet. L’alimentation est un sujet qui nous touche tous, tous les jours, qu’on le veuille ou non. Tout le monde devrait bien manger, avec ou sans allergies. Sans diversité nous risquons tous des carences, pas seulement ceux qui préconisent un régime sans gluten. Évidemment avec un tel diagnostic, j’ai eu au départ un certain suivi, reste qu’aujourd’hui, je fais la diète sans gluten seule, avec ma famille, et je m’en porte plutôt bien. Je vous souhaite d’être aussi bien avec ce que vous mangez.

 

Blé