Véganisme et alimentation sans gluten

Saisons La table Végane

J’adore les livres de recettes, les revues culinaires et tout ce qui touche à l’art de la table. Je passe beaucoup trop de temps sur les réseaux sociaux à m’imprégner de photos tournant autour de la nourriture. Cet art me fascine et m’obsède en quelque sorte. Évidemment sur les réseaux sociaux j’ai plusieurs inspirations et la photographe Chloé Crane Leroux en fait partie. J’apprécie regarder ses photos d’intérieur, mais ce que j’adore par-dessus tout ce sont ses photos culinaires. Lorsqu’elle travaille avec son amie chef et styliste Julie Zyromski, le résultat est toujours impressionnant. Alors quand j’ai appris qu’elles lançaient un livre de recettes je me suis empressée de l’acheter en prévente. Cela allait être mon premier livre de recettes véganes.

 

J’ai attendu patiemment le livre pendant quelques semaines. Le jour où il arrivé à la maison, mon chum a failli avoir une crise cardiaque en me voyant danser de joie avec mon paquet dans les mains. L’excitation passée, j’ai feuilleté le livre avec attention. J’ai passé des semaines à m’imprégner de ‘’Saisons. La table Végane’’, sans faire la moindre recette… C’est d’ailleurs quelque chose qui m’arrive trop souvent avec les nombreux livres de recettes que j’achète! Or un après-midi cet hiver, j’ai décidé de me lancer dans une recette de base de l’alimentation végane, une tartinade de fauxmage. J’ai sans doute été inspirée à faire cette recette grâce à ma nouvelle amie végane (allo Emmanuelle ;)) qui parle de véganisme avec passion. Un soir, bien tranquille chez moi nous avons eu la conversation qui « tue »… pourquoi l’alimentation sans gluten est-elle si souvent associée à la nourriture « plantbased »? Vous l’avez sûrement déjà constaté, il y a une association entre mode de vie vegan et sans gluten? Pourquoi? En quoi est-ce bénéfique ou non pour les personnes coeliaques? D’abord, je fais mon mea culpa ici, car trop souvent j’ai été choquée par cette association. Non pas que le mode de vie végane me dérange, en fait j’admire les personnes qui font ce virage, seulement, trop souvent par le passé j’ai été incommodée en raison de cette association. Je m’explique. Très souvent vous retrouverez dans un restaurant vegan des plats sans gluten. Jusqu’ici tout va bien, on dit merci au restaurateur et à leur ouverture. J’en ai même déjà félicité un pour ses choix sans gluten… je l’ai regretté par la suite, car à ma troisième visite à ce restaurant j’ai été gravement malade. En effet, ces options vegans-sans gluten sont RAREMENT sécuritaires pour les personnes coeliaques. Mais est-ce la faute des vegans? La réponse est non. Et si pendant longtemps je ne voyais pas de lien à faire entre sans gluten (par obligation) et vegan (par choix), je commence à comprendre pourquoi une personne cœliaque prendrait ce virage. Lorsqu’on reçoit notre diagnostic, on réalise à quel point le gluten est partout dans notre alimentation. On devient rapidement des maîtres dans l’art de détecter quel aliment pourrait en contenir. Notre vie tourne rapidement autour de l’organisation des repas, collations… cela peut être difficile à comprendre pour quelqu’un qui ne le vit pas au jour le jour, mais je suis certaine que si vous êtes ici, à me lire, vous comprenez ce que je veux dire. Les lunchs doivent toujours être fait, on oublie l’idée d’allé chercher un plat à la cafétéria du bureau ou de l’école… certes les épiceries ont parfois des plats sans gluten comme solution de dépannage, mais d’une épicerie à l’autre l’offre varie grandement passant d’excellente à nulle. L’idée de luncher avec les collègues au restaurant peut vite devenir source de stress, de cauchemar, bref… notre vie tourne autour de ce que nous mangeons ou ne pouvons manger. Revenons au véganisme. Les gens qui ont adopté ce mode de vie font le choix de ne consommer aucun produit animalier pour des considérations morales. Les gens qui adoptent un mode de vie sans gluten eux, ne le font pas pour ces mêmes considérations, reste que tout comme les vegan, ils pensent leur alimentation. Et c’est là où le lien entre les deux devient intéressant. C’est de là que devrait venir cette association entre sans gluten et vegan, bien que je sais pertinemment qu’elle est plutôt encouragée par des intérêts tout autres. Alors si j’ai parfois été fâchée par cette association, vous me verrez maintenant prendre cette énergie négative et la transformer. Je souhaite plutôt élargir mon intérêt pour une cuisine plus éthique, mettant en vedette des produits locaux, de saison autant que possible… et ne vous inquiétez pas je demeurerai une fervente défenseure de la sécurité des personnes cœliaques.

 

Je dis oui à de véritables plats sans gluten, savoureux au restaurant ou à la maison… et le plus souvent possible, avec des gens qui vous sont chers. Je vous laisse, je vais passer le reste de la journée à cuisiner avec ma nouvelle amie végane et ma meilleure amie intolérante au lactose. Clairement ce sera un menu bien tendance ;) Eh oui, nous puiserons nos recettes dans ‘’Saisons. La table végane’’

À bientôt!

Catherine ValoisComment