Ce qu'il faut savoir lorsqu'on reçoit une personne coeliaque

Recevoir est un art. Cuisiner requiert des qualités, des connaissances et de la pratique. Assembler une table prend un doigté, une finesse, de l’œil… Or, qu’est-ce qui confère à une soirée de réception son caractère mémorable? Selon moi, c’est le cœur qu’on y met et les conversations qui découlent d'une bonne bouffe à table. On croirait que certains sont des cuisiniers hors pair de naissance, alors que d’autres préparent chaque soir le repas familial, mais n’oserait jamais se qualifier comme tels. Pour moi, savoir cuisiner fut vital. Avant mon diagnostic, je me fiais aux autres pour me faire à manger. Aujourd’hui, je prépare tous les jours mes repas avec un brin de fierté. J’ai gagné cette autonomie grâce à ma maladie. Alors si vous devez recevoir une personne coeliaque, ne paniquez pas! Si j’ai appris à cuisiner sans gluten, vous le pouvez également. Vous savez déjà cuisiner? Vous êtes d’avance sur moi lorsque j’ai eu mon diagnostic. Vous parviendrez avec brio à cuisiner un bon repas sans gluten. Ne vous manquent que quelques trucs… que vous trouverez ici.

D’abord, qu’est-ce que le gluten? Si vous n’avez pas lu notre à propos, je vous le rappelle, le gluten est une protéine contenue dans les céréales comme le blé, le seigle, l’orge, le triticale et l’avoine. On mentionne souvent l’acronyme SABOT pour se souvenir de celles-ci. Le cas de l’avoine est particulier : certaines personnes cœliaques toléreraient l’avoine sans gluten. En cas de doute, il vaut mieux s’abstenir. Il faut savoir que le gluten est ce qui donne une texture si particulière aux produits de boulangerie tels qu’on les connaît. Lorsque vous préparerez des desserts sans gluten, vous devrez jongler avec de nouvelles textures et saveurs. Sachez qu’il existe toutes sortes de farines sans gluten. Par contre, il ne s’agit pas de substituer une part de farine de blé avec une part de farine sans gluten. La formule est un peu plus complexe, quoique je l’admette, cela fonctionne parfois.

Maintenant que vous savez ce qu’est le gluten, il faut comprendre l’importance de cuisiner dans un endroit sécuritaire pour la personne cœliaque. Car oui, malgré les plus grands soins portés à votre menu, si l’espace où vous travaillez est contaminé, vous risquez de nuire gravement à votre convive. D’abord, si vous élaborez deux menus, un avec et l’autre sans gluten, il vous faudra bien délimiter vos plans de travail. Laver vos mains entre les manipulations est primordial. Vous ne toucheriez pas aux assiettes après avoir manipulé du poulet cru… c’est un peu le même principe ici. Soyez plus prudent que pas assez.

N’oubliez pas de penser à quels instruments de cuisine vous allez utiliser. Vous préparez un brunch? Où songiez-vous faire griller votre pain sans gluten? Dans le toaster? Mauvaise réponse. Votre bon vieux grille-pain est contaminé par les miettes qui s’y réfugient chaque matin. Admettez que c’est pratiquement impossible de nettoyer l’intérieur d’un tel appareil. Ce que vous pouvez faire cependant est très simple. Faites griller vos tranches de pain au four sur une tôle avec du papier parchemin. Évidemment, pour les familles qui reçoivent souvent des personnes coeliaques, opter pour un deuxième grille-pain peut également être une solution efficace. Il faudra aussi penser aux plans de travail, planches à découper, etc. Ils doivent aussi faire l’objet d’un contrôle serré lorsque vous ferez la préparation de votre repas. Les épices et sauces doivent aussi être sous votre loupe (voir notre autre article). Le choix du menu vous revient. Personnellement, j’aime bien adapter des recettes contenant à la base du gluten alors que d’autres ne jurent que par les livres de recettes sans gluten. À vous de voir. Amusez-vous. Posez des questions, soyez curieux.

 

quel type de soirée préférez-vous?